logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Michel - Ancien HEC, maintenant en médecine (P1 00/01)

Michel, ancien HEC raconte le début des ses nouvelles études en médecine ...
Merci à Esig pour cette interview !

1) Quelles études avez-vous faites avant de vous reconvertir dans la médecine ? Pourquoi faisiez-vous (avez vous fait) ces études ?

Avant médecine, j’ai fait HEC. J’ai passé pas mal de temps à essayer de m’expliquer pourquoi je n’ai pas fait médecine directement. Ca serait assez long à expliquer ici mais pour résumer, je dirais que je m’étais mal informé sur les débouchés professionnels d’HEC, les matières enseignées en prépa me plaisaient et tous les médecins que je rencontrais s’accordaient pour me déconseiller la médecine et m’encourager à opter pour la voie commerciale. Enfin, je crois que mon orgueil a eu envie de s’affirmer à travers le prestige d’une grande école .

2) Pourquoi avez-vous décidé de changer de voie ?

C’est devenu assez clair, en prépa déjà, mais aussi et surtout à HEC, que dans l’immédiat je ne m’épanouirais que difficilement dans les fonctions et l’environnement professionnel et humain qui m’étaient ouverts. Je gardais par ailleurs un regret et une frustration vis-à-vis de la médecine... J’ai donc décidé de finir mes études à HEC, pour garder toujours ouverte la possibilité d’un retour en arrière en cas de déception ou d’échec, puis de commencer médecine.

3) Avez-vous été soutenu par votre famille, vos amis dans cette décision ?

Heureusement, je n’ai pas eu à mener de combat avec mes proches. Bien sûr, ça aurait été plus simple pour mes parents que je choisisse la voie de l’indépendance financière rapide en entrant au service d’une entreprise, ou que, quitte à ce que je continue mes études, je fasse d’autres études plus courtes (un troisième cycle, Science Po...). Mais ce n’était pas ce que je voulais et ils m’ont soutenu (et me soutiennent encore). Quant aux amis, leur "soutien" m’était moins nécessaire... Mais pas de problème de ce côté là nous plus. Evidemment, j’ai rencontré des gens, pour me traiter de fou, voire d’idiot, mais ils n’ont ainsi gagné que mon mépris pour leur étroitesse d’esprit ou leur jalousie.

4) Quel effet cela vous a-t-il fait de retourner sur les bancs de la fac dans une ambiance de concours au milieu d’étudiants pour la plupart bien plus jeunes que vous ?

C’était intéressant. Une véritable expérience sociologique, comme peu de gens ont la chance de faire : retourner dans un lieu proche d’un autre qu’on a connu, avec le recul de ce premier voyage. L’ambiance de concours ne m’a pas gêné. J’avais déjà triomphé une fois d’autres concours, donc peut-être étais-je relativement moins impressionné que mes camarades. Concernant le fait d’être avec des gens plus jeunes que moi, ce n’est pas la question principale : l’essentiel, pour que je me sente bien dans un groupe, étant que je trouve des gens que j’aime.

5) Vos connaissances, votre expérience acquises antérieurement vous ont-elles été utiles pour le concours, ou un handicap ?

Les connaissances acquises n’ont pas été très utiles... avoir fait des maths après le bac sert, bien sûr, pour comprendre certaines démonstrations de physique en particulier, mais ce n’est pas déterminant. En revanche, le fait de ne pas avoir fait de matières scientifiques (bio, physique, chimie) depuis 5 ans m’a sans doute retardé dans leur apprentissage en PCEM1 : il fallait que je réapprenne tout un vocabulaire, qui m’était sans doute plus familier à la sortie du bac.

6) Comment étiez-vous, "cool je vais y arriver" ou plutôt très stressé ? Le fait que vous étiez un "reconverti" a-t-il joué sur votre moral ?

Sûr de moi, car je me disais que j’avais déjà réussi ailleurs, et qu’il n’y avait pas de raison d’échouer là. Toutefois, j’étais en même temps très stressé... mais c’est le lot des concours.

7) Comment bossiez-vous ?

Beaucoup. Comme au cours de ma deuxième année de prépa à HEC. Une indication pour ceux qui commencent leurs PCEM1 maintenant : une des difficultés du concours est l’acquisition des cours à apprendre ; il faut se lever tous les matins, et écrire très vite et lisiblement (dur pour certains). Pour les matières de connaissance pure (histo, bio, anat...), il faut avoir un cours impeccable, et je leur conseille d’acheter des cours tapés à des PCEM2 studieux au début de l’année, et de les compléter en allant en cours.

8) Finalement, passé primant, ou carré ?

Primant.

9) Quel effet ça fait d’être en P2 maintenant, au milieu d’étudiants pour la plupart moins matures que vous ? Comment vous considèrent-ils ? Vous sentez-vous différent ?

Je me sens différent, certes, mais bon... chacun son histoire, et je dois passer par là pour devenir médecin, donc c’est un moindre mal.

10) Quels conseils donneriez-vous à ceux qui comme vous veulent faire médecine sur le tard ?

Je ne sais pas si je peux me permettre de donner des conseils (hormis les polys de cours en PCEM1). C’est sûr qu’il faut s’investir entièrement, ce qui requiert une motivation franche... Courage à tous ceux qui veulent vraiment devenir médecin. Quant à ceux qui veulent juste passer un concours de plus et s’intéressent aux études plus qu’aux débouchés professionnels, je ne les juge absolument pas, mais qu’ils réfléchissent bien car ils risquent de perdre leur temps.

livreslivrescontactspublicationstwitter