logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

La P1 d’Arsène à Toulouse 2008-2010

0 partage mail facebook twitter linkedin

Quelle fac, quelle année ?
Toulouse Purpan - 2008/2010

Numerus clausus ?
124 places en 2009, 119 places en 2010, pour 1200 inscrits (dernier pris en médecine 130ème). Le dernier en dentaire est 170ème, et kiné c’est 200 ("en gros"). Et oui, le NC à Toulouse est pas franchement super !

Bizuth ou carré ?Votre place ?
Doublant (on ne dit pas ’carré’ à Toulouse :p). En primant 345ème au 1èr quad, puis 430ème (je arrêté de bosser en mars), puis en doublant 88ème au 1èr quad, et 58ème au final (14,8 de moyenne).

Votre bac ? Spécialité ? Votre mention ? Année ?
Bac S SVT sans mention (10,0 !) en 2008

Votre niveau au lycée ?
Médiocre, nul, pathétique...j’avais toujours entre 9 et 11 de moyenne. J’ai même du passer en commission pour éviter le redoublement en 3ème, c’est pour dire ! En fait, je ne travaillais pas, je n’allais pas en cours, bref, aucune motivation... les profs n’ont pas donné cher de ma peau !

Etiez-vous en avance en classe ?
Non, je suis rentré en P1 à 18 ans (et demi ^^).

Logement personnel ou familial ?
En primant, en cité U (mais les 9m², ça va 3 mois, au delà, j’ai pété un câble). En doublant, chez ma mère.

Durée du trajet domicile-fac ?
En primant il me fallait 10 minutes pour l’aller, en doublant, c’était 45min (donc 1h30 de transport par jour). Je vous avouerai qu’en primant, j’en ai vite eu marre de ce court temps de trajet ! Car à peine sorti des cours, il fallait de suite se mettre au boulot, aucun temps de transition...j’ai vite pété un câble là aussi. En doublant, je profitais du temps de trajet du métro pour me reposer, écouter de la musique, et...recopier (gribouiller plutôt) la SHS ! Bref, c’était plus sain pour moi de perdre 1h30 de transport par jour que 20min ! Donc attention, ce n’est pas parce qu’on habite loin qu’on est désavantagé par rapport à quelqu’un qui habite plus près...

Avez-vous une méthode de travail bien précise ?
En primant, je n’en parlerai pas, mais il faut savoir que j’ai arrêté de bosser au bout de deux mois le 2nd quad (petite dépression amoureuse).
En doublant, je bossais mes cours par "recopiage", c’est à dire que je gribouillais le cours sur une feuille blanche, 5 à 7 fois dans le quad (et à la fin de la journée, t’as mal à la main). Pour d’autres cours, je me contentais seulement de réciter comme une poésie (anat +++). Au 1èr quad, j’essayais d’avoir 2-3 semaines d’avance...mais j’ai fini le programme bien trop tôt (1 mois et demi avant le concours). Au 2nd quad, malgré le fait que j’ai raté deux mois en primant, je n’ai jamais eu de retard, et là aussi j’ai fini tout le programme 1 mois et demi à l’avance...les révisions étaient longues... Sinon, je bossais énormément la SHS (40% de mon temps de travail au 1èr quad, un peu moins au 2nd), et au final j’ai eu des assez notes disparates entre les deux quad (14/20 au 1èr, et 9/20 au 2nd).

Combien de temps travailliez-vous par jour ?
J’ai préférais avoir cours l’aprèm, car je trouve qu’on est plus flexible au niveau des horaires que ceux qui sont du matin. Donc au 1èr quad le matin je bossais 3h, et le soir pareil, donc en gros 6-7h par jour. Au 2nd quad, étant donné que j’avais arrêté de bosser en primant, il m’arrivait de bosser 10h par jour (1 jour sur 4 environ). Le week-end, je bossais 6-7h aussi. Ensuite, plus on avançait dans l’année, plus je bossais le soir (jusqu’à 1h-2h du matin), et moins je bossais le matin. En fait je ne pouvais plus travailler en journée, c’était déprimant de voir le soleil dehors, les enfants s’amuser, les oiseaux chanter...donc je suis passé du côté obscur de la force : j’ai fermé mes volets.

Pour les révisions, je devais bosser 8h par jour au début, puis à la dernière semaine j’étais passé à 6h, et dans les tous derniers jours je ne faisais presque plus rien (saturation +++). Ce qui compte le plus, c’est la qualité de travail, et pas forcément le temps qu’on y passe ! Ah oui j’ai oublié, en primant je bossais à peu près autant qu’en doublant (mais sans l’efficacité !).

Aviez-vous commencé à travailler avant la rentrée pour prendre de l’avance ?
En primant j’ai juste fait la pré-rentré, mais comme un touriste, c’est à dire que j’allais en cours mais je ne les bossais pas... en doublant, je n’ai absolument rien fait, à part revoir à la dernière semaine des vacances la moitié de la myologie du membre thoracique (c’était juste pour se déculpabiliser et me rassurer je pense). C’est très important de profiter de ses vacances, on ne le dira jamais assez ! Vous aurez largement le temps de faire, faire, et refaire le programme pendant le quad, donc reposez vous bien !

Arriviez-vous à vous situer par rapport aux autres pendant l’année ?
Oui approximativement, grâce aux colles du tutorat. En primant, c’était déprimant (j’ai très vite arrêté les colles), mais en doublant, c’était très motivant !

Aviez-vous une idole, un modèle pour réussir cette année ?
En primant, tous les étudiants en médecine et médecins étaient mes idoles ! En doublant, j’ai été dégouté par l’esprit "étudiant" : beaucoup de P2 et de D1 se la pètent, se la jouent, bref ils peuvent plus se sentir tellement ils sont devenus "cool". C’était la désillusion. Cependant, j’ai toujours un respect immense et indescriptible pour certains de nos professeurs : tout ce savoir immense qu’ils ont accumulé et qu’ils nous partagent avec une telle passion, c’était très motivant, oui, c’était eux mes modèles !

Connaissiez-vous Remede avant d’entrer en PCEM1 ?
Oui ! Grâce à ce site j’ai pu lire tous les articles, interviews, et messages concernant la P1... Je n’aurais probablement pas choisi médecine si je ne connaissais pas Remède.

Avez-vous quand même l’impression d’avoir eu de la chance aux examens ?
De la chance de ne pas avoir décalé ! Après, je ne pense pas que la chance existe en P1. Même la SHS est une matière où à mon sens il n’y a pas de chance (si tu connais ton cours, tu le recraches, et tu as une bonne note !).

Avez-vous pris des cours annexes pendant votre 1ère année ?
Juste le tutorat : un grand merci à lui d’ailleurs, je n’aurais pas eu mon concours sans ça.
Les prépas, je n’ai pas pris, et je suis absolument contre, car je considère que c’est un bon attrape pigeon ! M’enfin certains disent que ça aide... Mais dans l’absolu, les documents donnés par la fac sont à eux seuls, suffisants pour réussir le concours (du moins à Toulouse).

Pourquoi ?
Le tutorat, car tout le monde le prend, et car certains polys sont de réels joyaux.
Les prépas, c’est du bidon : beaucoup de QCM distribués sont remplis de fautes, et ils ne sont pas en accord avec l’esprit du prof, donc poubelle. Certes, les polys du tutorat sont remplis de fautes aussi, mais au moins c’est gratuit, et eux ne se vantent pas d’avoir un ’superbe taux de réussite’ pour vous soutirer 1000 à 4000 euros ! Et puis de toute façon je n’avais pas les moyens d’être en prépa.

Avez-vous travaillé seul ?
Toujours seul. Travailler avec quelqu’un d’autre n’était pas efficace, car trop distrayant.

De quel milieu êtes-vous issu ?
On est dans la catégorie "pauvre". Ma mère est aide-soignante, je ne suis plus en contact avec mon père, et pas de famille ici (je suis ukrainien).

Et les parents dans tout ça ?
Ma mère était très compréhensive, elle a compris que je ne pouvais plus participer aux tâches de la maison comme avant.

L’ambiance dans votre amphi ?
A Toulouse, c’est le gros bordel ! En primant c’était marrant, en doublant c’était excellent. Je n’ai jamais participé à l’ambiance, mais j’ai toujours adoré cet esprit "amphi médecine" ! C’est tellement unique et tellement con que j’ai de suite accroché à ça ! Par contre il vaut mieux ne jamais arriver en retard en amphi, et surtout jamais, oh grand jamais, se rebeller contre les doublants ! :D Mais bon, ça se calme quand même doucement au bout de quelques mois (fatigue +++).

Vacances ?
Il n’y a pas de vacances proprement dites en P1. Mais il m’arrivait de prendre des journées entières (1 fois par mois) où je ne faisais RIEN. Je n’ai également pas bossé pendant les cinq jours qui précédaient les résultats du 1èr quad en mars (j’étais tellement stressé que je ne pouvais rien faire).

Quelle était votre attitude en cours ?
En primant, j’étais attentionné, puis j’ai découvert le sudoku... En doublant, j’étais calme, sérieux. J’essayais de m’assoir seul, et loin des "doublants geulards" pour ne pas être dérangé, et pour être immergé dans le cours du prof.

Vous serviez-vous d’ouvrages particuliers ?
Quelques polys du tutorat seulement. Sinon rien, le cours, et ce que nous donne la fac sont amplement suffisant pour réussir.

Avez-vous travaillé avec les annales ?
Un peu mon neveu ! Je connaissais par-cœur toutes les annales des 5-6 dernières années.

Vos matières préférées ? Celles que vous détestiez ? Quelle(s) sont(est) les(la) matière(s) qui vous ont(a) posé problème ? Celles qui vous ont semblé faciles ?
En primant, gros problème avec la SHS ("Qu’est ce qu’ils veulent de nous ? C’est quoi ces questions sans queue ni tête ?"). En doublant, j’ai remédié à ce problème en apprenant par-cœur tous les cours (oui, par-cœur au mot près, tous les cours). Je devais bosser 2-3h de SHS par jour... Ensuite la bio mol et la génétique, je n’y arrivais tout simplement pas, car c’était surtout de la ’compréhension’, et que je n’avais surement pas l’intelligence requise ! Au final, j’ai eu 9/20 dans ces matières là (j’ai limité la casse quoi).

Sinon, j’ai adoré la myologie et tout ce qui va avec (artho, innervation, vascu), l’histologie, la biochimie et la biologie cellulaire, qui étaient des matières à par-cœur (peu de réflexion, et très intéressantes à la fois). J’ai également adoré la chimie, car notre prof était un pédagogue exceptionnel (le Pr.Chap, pour les connaisseurs) et la physique, car je suis un réel passionné de la radioactivité et de toutes ses applications (et en P1, la "radioactivité" c’est 80% des cours).

Ensuite ne vous attendez pas à faire de la médecine en P1 ! Les cours, c’est plutôt de la "culture générale orientée vers la médecine". En P1 on apprend le normal, le physiologique, les bases physiques, chimiques, et cellulaires. Tout ceci pour dire qu’il faudra encore attendre pour faire de la vraie médecine (même en P2, les cours restent très généraux).

Etiez-vous motivé ?
Oui, absolument. J’avais tellement entendu de brimades venant de mes professeurs et mon entourages ("t’es un bon à rien ! tu veux pas plutôt tenter un CAP ?") que ça avait éveillé en moi une rage, ô grand source de motivation ! Je voulais absolument réussir pour faire évoluer mon avenir et ma situation sociale, j’étais prêt à tous les sacrifices pour avoir ce fichu concours ! Oui, je voulais faire "le plus beau métier du monde" ! ;)

Au point de vue sommeil ?
Je dormais un peu moins que ne l’exigeait mon métabolisme, c’est à dire entre 7 et 8h. Le week-enk, je m’accordais 1h de plus (et oui, je faisais des folies ! ^^).

Gros stressé ou plutôt relax ?
En primant, très relax, car je savais que je l’aurais pas du premier coup, et en doublant, très très très stressé. Les jours des concours, et ceux des résultats étaient les pires de ma vie ! J’avais tellement misé et tellement donné que l’idée de l’échec me terrorisait. En y pensant, le stress à un niveau moyen est facteur de motivation, mais à un niveau trop élevé, il t’empêche de travailler...

Pratiquiez-vous une activité sportive en PCEM1 ? Quels étaient vos loisirs ?
Pas de sport pendant la P1, j’étais une larve (mais je viens de m’y remettre !).

Les loisirs, c’était une sortie chaque semaine (oui oui) : bar, booling, resto, ou simple balade dans la ville, avec les amis. La sortie hebdomadaire ne durait pas plus de 4-5h, et pas de nuit blanche ni d’alcool fort. En fait, il était absolument indispensable pour moi de sortir une fois par semaine : je bossais au maximum de mes capacités la semaine, et le samedi soir, c’était "la récompense du combattant" ! J’attendais toute la semaine comme un gamin ma sortie du samedi soir ! C’était une stratégie qui a très bien marché. Donc vous voyez, on est pas forcément obligé d’être un moine en P1 ! Il suffit juste de bien gérer ses sorties et son temps de travail.

Votre sentiment sur la 1ère année ?
Je ne peux pas décrire cela tellement c’était, c’était...intense ! Tous les sentiments y passent : joie, colère, tristesse, excitation, dépression, bonheur, etc ! Mais en tout cas, cette année fait énormément grandir moralement...oui, on peut dire que la P1 a fait de moi un "homme" :D

Au risque d’en décevoir beaucoup, je ne pense pas qu’il faille avoir la "vocation", ni d’avoir un esprit humaniste exceptionnel pour être médecin. La seule chose qui sélectionne les futurs praticiens, c’est leur capacité à apprendre ! Le reste, ça ne joue en rien sur le concours...
C’est un système que je regrette beaucoup, que je trouve injuste, mais malheureusement c’est comme ça.

Passer bizuth selon vous c’est... ?
Possible pour ceux qui ont les capacités mentales et la méthode ! Moi je ne les avais pas, je n’aurais jamais pu l’avoir en primant. Après il faut se dire qu’il faut l’avoir en un an (même si tu sais que tu redoubleras ! :p), et donc se donner à fond jusqu’à la fin. Mais bizarrement, ça dépend des années et des promos aussi...l’an dernier je crois qu’à Toulouse 50% l’ont eu étant primants, alors que cette année, c’est 10% !

Votre sentiment sur les P1 ?
Qu’on se le dise franchement, la moitié sont là pour décorer. M’enfin bon, c’est le système français qui est comme ça ! En droit ou en bio, c’est exactement pareil.
Sinon, ne jamais penser que l’habit fait le moine ! Certains qui ont l’air de "gros glandeurs" l’auront du premier coup, alors que des "intellos" ne l’auront pas.
Également il y a une bonne entraide entre primant/doublant à Toulouse, l’esprit concours, ça n’existait pas dans ma fac.

Vos conseils aux futurs P1 ?
On ne demande pas d’être intelligent, ni d’avoir eu une mention au bac, ni d’avoir des médecins dans la famille pour réussir le concours. Moi-même, peu brillant tout au long de ma scolarité, et milieu social peu favorable, j’ai quand même réussi à avoir la P1. Mais attention, cela ne veut pas dire que c’est simple pour autant : vous devrez avoir une motivation immense, travailler beaucoup, faire énormément de sacrifices (+++), et surtout, vous remettre en question et ne pas hésiter à changer radicalement votre méthode de travail (très dur à faire).

Le plus difficile en P1 selon moi, c’était la souffrance morale. La pression est immense, et tous les sentiments sont décuplés, donc attention ! J’avais écrit sur ma fenêtre en face de mon bureau "bosse et ne pense pas !", car cette phrase résume assez bien l’esprit qu’il faut avoir. Ne penser qu’à son travail, et ne se poser aucune question, ne pas philosopher avec soi-même, car c’est une perte de temps.

Ne paniquez pas, les cours ne sont pas très difficiles (bémol pour la génétique), et sont à portés de tout le monde. Vous verrez, certains même sont très faciles (histologie, atomistique, anatomie générale, par-ex). Le plus dur là dedans, c’est la quantité à apprendre.

De même, la P1 est un marathon et un sprint. Il faut travailler beaucoup, vite, et tenir jusqu’à la fin. Beaucoup savent faire le sprint, mais peu au final tiennent le marathon. Là aussi, tout est dans le mental.

Courage pour tous les futurs ’PACES’ ! Soyez motivés, et ne pensez qu’à vous même et pas aux autres P1 ! Vous aurez peut-être la chance de faire l’un des plus beau métier du monde... :)

Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
Publicité
livreslivrescontactspublicationstwitter