logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Anyn - Reims - 2012/2013

1. Quelle fac, quelle année ?
Faculté de Reims. Année 2012/2013.

2. Numerus clausus ?
201.

3. Bizuth ou carré ? Votre place ?
Carrée.
Et j’ai plus envie de répondre que ma place est parmi les néo-carabins.
(Bon ... 102 au premier quad et 209 finalement. Sans me dédouaner dans mon aptitude à maintenir un effort prolongé, je vous expliquerai un facteur qui m’ait conduit à ce semi cassage de figure)

4. Votre bac ? Spécialité ? Votre mention ? Année ?
Bac S.
Spé physique/chimie.
Mention Très bien (parce que c’est compatible avec carré)
Année 2011

5. Votre niveau au lycée ?
Au sein d’une classe où la concurrence était monnaie courante et d’un lycée plutôt bon ... 3 /4 ème.
J’avais environ 16 de moyenne générale.

6. Etiez-vous en avance en classe ? A quel âge êtes-vous rentré en PACES ?
Vu la souplesse voire le laxisme dont le système français fait preuve sur les changements abruptes de scolarité (= le fait d’avoir sauté une classe), dans certains cas ce n’est plus franchement révélateur sur les facilités du futur étudiant et cela peut même dorer niaisement son blason.
Donc NON, j’étais parfaitement dans le moule.
Je suis entrée en PACES à 17 ans, j’ai été majeure un mois après.

7. Logement personnel ou familial ?
J’ai passé mes deux ans en chambre étudiante.

8. Durée du trajet domicile-fac ?
3 arrêts de tram. 4 minutes et 35 secondes.

9. Aviez-vous une méthode de travail bien précise ?
Oui, j’en avais une mais elle restait assez personnelle. Mais le but de l’interview est d’aider à au futur p1 qui aura la patience de me lire à poser les jalons pour façonner sa propre méthode de travail. Celle ci sera efficace si elle est adaptée à sa constitution intellectuelle.
Je donnerais donc le maître-mot de la réussite de la PACES et de tous les projets d’ordre quelconque que vous entreprendrez plus tard : LA CONCENTRATION.
Ce dernier est souvent passé aux oubliettes mais c’est lui qui fera véritablement la différence entre vous et un autre.
Apprenez à la développer tous les jours. Imprégnez vous d’elle dans tous vos gestes quotidiens. Il y a un tas de sites qui peuvent vous y diriger. (je pense notamment à celui d’un bon coach en développement personnel)
En cours, restez donc focalisés du début jusqu’à la fin sur les paroles et la gestuelle du professeur. Vous pouvez déjà stimuler votre propre type de mémoire (auditive, visuelle, motrice). Idem en bossant chez vous, concentrez votre esprit sur votre tâche. Au bout de plusieurs semaines, vous ferez en 3 heures ce que vous faisiez en 5 ou 6.

10. Combien de temps travailliez-vous par jour ?
Journée de cours : 7.
Week end ou période de révision : 6 à 9.
J’ai connu ce qu’on appelle le burn-out, aussi navrant soit-il ,peu avant les partiels finaux. J’ai donc dû, à deux semaines et demi du concours me prendre dix jours de vacances. Voyez le probable impact sur mon second classement.
Ne surestimez pas votre aptitude à vous calfeutrer et à vous mettre chaque jour à la besogne de façon prolongée ...

11. Aviez-vous commencé à travailler avant la rentrée pour prendre de l’avance
Naaan. ;)

12. Arriviez-vous à vous situer par rapport aux autres pendant l’année ?
Contre mon gré, oui.
Un p1 performant est un p1 suffisant et fichtrement grande gueule.
Je plaisante. Mais oui, j’y parvenais très bien.

13. Aviez-vous une idole, un modèle pour réussir cette année ?
Lol.

14. Connaissiez-vous Remede avant d’entrer en PACES ?
Du tout !

15. Avez-vous quand même l’impression d’avoir eu de la chance aux examens ?
Quand on se pointe en SHS en ayant révisé qu’un cours sur douze et que l’on tombe sur ce cours ...
Un tout petit peu, ouais. ;)

16. Avez-vous pris des cours annexes pendant votre 1ère année ?
Non. J’ai simplement été inscrite à une boîte à colle au second quad pour me familiariser avec le QCM type concours et l’esprit des question du prof. Le par coeur se fait aussi (minablement) dans ce domaine. Je dirais que le QCM devrait constituer 30 à 40 % du temps du p1 au travail.

17. Pourquoi ?
Raison principale énoncée au dessus.
Je trouvais que la préparation proposée par le tuto n’était pas toujours très formatrice même si les profs étaient parfois amenés à corriger les questions faites par les étudiants. Bon, difficile de se mettre dans la tête d’un enseignant avec des années d’expérience quand on est encore un simple étudiant colleur, je le conçois.

18. Avez-vous travaillé seul ?
Oui car ma grande langue ne me permet pas de faire autrement.

19. De quel milieu êtes-vous issu ?
Relativement modeste. Boursière, dernier échelon.

20. Vos conseils aux futurs 1ères années ?
J’en ai incorporé tout le long de l’interview. Car encore une fois, je pars du principe que le but de ce dernier n’est pas purement de "raconter ma life".
Honnêtement, je vous conseillerais de ne pas avoir peur du sens du sacrifice.
Pendant la semaine de révision, vous aurez pleins de cernes, les cheveux décoiffés, vous ressemblerez plus à un animal qu’autre chose et rassurez-vous, c’est tout à fait normal ! ;D

21. L’ambiance dans votre amphi ?
L’amphi où j’étais ?
Des artistes incompris à en croire les graffitis sur les tables et leur façon d’extérioriser vocalement leur frustration quand un p1 ne respecte pas les horaires de cours ...

22. Vacances ?
Wiki : « (En particulier) (Au pluriel) Période de repos, durant un certain nombre de jours, accordée à des employés dans une entreprise, à des élèves dans une école, etc. »
Le "etc" ne contient pas le futur p2.
(sauf pour les vacances d’hiver)

23. Sorties ?
Une petite de temps à autre pour décompress’ ne fait pas de mal.
Attention à ne pas tomber dans le piège de l’engouement. Si vous étudiez dans une ville que vous ne connaissiez pas avant, vous aurez tout le temps de pavoiser, gambader, flâner après avoir été reçu.

24. Les Parents dans tout ça ?
Ils sont gentils, les parents. Ils font tout pour nous faciliter notre vie étudiante hors études.
Bien malheureusement, les miens s’étaient retrouvés déboussolés. Ma maman est quasiment illettrée et mon papa n’a pas suivi de grandes études. Ils ne savaient pas comment me conseiller, trouver les bons mots pour regonfler un peu mon assurance scolairement parlant quand elle en prenait un coup. De plus, je suis la première de la famille (même au sens très large) à aller "aussi loin" dans les études ...
Enfin, le fait de voir la seule implication de mes parents dans mes objectifs a su m’aider à aller de l’avant. Je leur dois en grosse partie ma réussite.

25. Quelle était votre attitude en cours ?
J’ai essayé d’être au maximum concentrée. J’y suis plus parvenue au premier quad qu’au second.
Effectivement, j’y avais rencontré de nouvelles personnes avec plus d’affinités que mon premier groupe de travail, et il se trouve qu’elles aussi ne savent pas tenir leur langue ...

26. Vous serviez-vous d’ouvrages particuliers ?
Relativement peu. Le programme rémois comme tout autre est assez spécifique. On peut difficilement se documenter dans d’autres ouvrages sans tomber dans le H.S.
Qui dit H.S dit perte de temps, donc les "bouquins généralisés de révision pour la PACES", next.

27. Vos matières préférées ?
Chimie, SHS, biologie cellulaire.

28. Celles que vous détestiez ?
La BDR.

29. Quelles sont les matières qui vous ont posé problème ?
Bon, la BDR et la biophysique.
Cette dernière matière ne me déplaisait pas. Mais les pièges sur les QCM, un peu plus.

30. Celles qui vous ont semblé faciles ?
La chimie. J’aimais déjà beaucoup ça au lycée.
L’aspect calculatoire des stats. La physique. Ces matières de terminales, en gros.

31. Avez-vous travaillé avec les annales ?
Je l’ai déjà précisé au dessus, c’est quasi incontournable si l’on veut émerger de la masse et obtenir en un certain temps de travail un 14 dans une matière, ce qu’on aurait jamais obtenu avec ce même temps en révision de cours pure et simple.

32. Étiez-vous motivé ?
Condition sine qua non ...

33. Au point de vue sommeil ?
Si on part du principe que c’est l’usure qui frappe plus que la difficulté des cours en elle même, il faut honnêtement être reglo là dessus.
Vous entendrez souvent des carabins vous dire qu’ils étaient accoutumés aux Red Bull et aux longues veilles ... Manque d’organisation dans leur travail, manque de productivité dû à un manque de concentration (on y reviendra jamais assez), donc pour "compenser", de façon finalement fallacieuse, on rallonge notre temps de travail ... Il leur a très probablement fallu être deux fois plus fort mentalement qu’un autre p1 admis pour maintenir l’effort jusqu’au partiels.
Trouver d’ores et déjà votre nombre d’heures de sommeil (à la minute près) optimales. Le sommeil doit aussi demeurer un moment de plaisir. Il vous rendra à coup sûr votre journée de p1 moins éprouvante, désagréable si vous ne le respectez pas.

34. Gros stressé ou plutôt relax ?
Relax’ ... Parfois même un peu trop qu’il me faut un petit électrochoc de l’extérieur pour me recadrer.

35. Pratiquiez-vous une activité sportive en PACES ? Quels étaient vos loisirs ?
Bien-sûr ! Un ou deux petits footings d’une heure / semaine sont largement suffisants.
Et tant pis si l’on se doit d’étouffer un peu nos performances sportives un moment, les études avant tout.

36. Votre sentiment sur les 1ères années ?
Une bonne épreuve de force. C’est un bon moyen de se centrer un peu plus sur soi, d’apprendre à connaître ses limites intellectuelles et physiques. Même si cela d’une année tri qui n’a d’autre but que d’être éprouvante, une p1 réussie vous sera salutaire.
Si cette question s’applique aux premières années en tant que personne, je n’ai rien à dire sur eux. Ils veulent simplement réussir comme moi.

37. Passer bizuth selon vous c’est... ?
Pour sûr, vous vous attendrez à ce qui va suivre ...
OUI, une p1 bizuth est plus que faisable et sa réussite est accessible à plus de personnes que l’on ne le pense.
Notre (très raisonnée) prof de biochimie nous disait :
"Arrêtez de penser que ceux reçus forment une élite ou j’sais pas quoi. Ils savent bosser, c’est tout, oh ! Ça me débecte de voir ces journalistes, ces parents affirmer sans scrupule que les admis sont la crème intellectuelle de la promo. Ils sont pas plus intelligents que vous et moi."
Et je reprendrai ses termes, l’intelligence n’est franchement pas de mise pour sa réussite même si quelques uns de ceux qui parviennent à être très bien classés essaieront de vous persuader du contraire.
Il faut se connaître. Il faut savoir se connaître. Il faut apprendre à savoir se connaître.
Oui, ma dernière phrase peut paraître redondante et son élocution embarrassée au premier abord mais elle souligne parfaitement la difficulté de la tâche. N’essayez pas de copier bêtement l’intégralité méthode de travail de votre camarade, elle ne vous correspondra pas entièrement à coup sûr. Essayez de vous recueillir pour vous forger la votre. Écoutez-vous surtout. Vous êtes humains, pas des ordinateurs qui doit incessamment fournir un travail toujours fructueux. Vous connaîtrez des hauts. Vous connaîtrez des bas. Ne pas se laisser aveugler et distraire par ces deux types de période. Vous vous sentez saturés ? Faîtes une pause. La p1, c’est un marathon, pas un sprint. Le repos fait parti du travail.

livreslivrescontactspublicationstwitter