logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maieutique

Guilio Carré à Tours 2008-2010

Quelle fac, quelle année ? Tours, 2008/2009 et 2009/2010

Numerus clausus ? 227 la première année, 233 la seconde. Chez nous le Numérus augmente car on est pas un grande agglomération.

Bizuth ou carré ? Votre place ? Carré. 455 ème la première année. 22 ème la suivante. On était plus ou moins 1100 la première fois, et 1260 la deuxième.

Votre bac ? Spécialité ? Votre mention ? Année ? J’ai eu un Bac S spécialité SVT en 2008. Une mention Bien (je dois avouer que je ne sais pas d’ou sort cette mention, je m’attendais plus à AB voir passable. Il faut croire que c’est la coutume d’avoir de très grosses notes au bac).

Votre niveau au lycée ? Moyen. Je travaillais pas vraiment, enfin pas dans les matières qui m’intéressaient pas. Donc je travaillais la SVT surtout. J’étais pas dans les plus mauvais de ma classe, mais comme on dit je le faisais "au talent". J’étais très scientifique, donc la philo, le français et tout ce qui va avec c’était pas vraiment mon truc. Même si (allez savoir pourquoi) j’ai fait trois ans de grec ancien au lycée. J’étais très attentif en cours. Contrairement a certains qui bossaient plus que moi chez eux, mais jouaient sur leur portable en cours, moi je suivais avec attention le cours, donc je sortais avec beaucoup de connaissances déjà acquises. Bilan, mon bac ne reflète pas mon travail personnel au lycée, mais c’est le cas pour tout le monde...

Etiez-vous en avance en classe ? A quel âge êtes-vous rentré en PCEM1 ? J’avais 17 ans quand je suis rentré en P1, mais pas d’avance, je suis de fin d’année.

Logement personnel ou familial ? Logement personnel. Mes parents habitent à Orléans. Dans mon académie il y a deux grosses villes mais une seule fac qui est à Tours. Donc j’avais un appart à Tours. Au final je crois que cette configuration était vraiment optimale. J’étais assez loin pour devoir prendre un appartement tout seul et donc être tranquille pour bosser. J’étais aussi assez près pour pouvoir rentrer en une heure seulement avec le train.

Durée du trajet domicile-fac ? 2 minutes a pied. J’étais juste derrière l’hôpital et la faculté et à côté de celui-ci, donc franchement à ce niveau j’ai pas a me plaindre. A Tours y’a beaucoup d’appartements autour de la faculté donc on peut trouver facilement et à tous les prix. Et pour ceux qui sont en résidence universitaire elle est à 100 mètres de la faculté.

Avez-vous une méthode de travail bien précise ? La première année je n’avais pas vraiment de méthode de travail. Je prenais les cours un peu au hasard et je faisais des fiches. J’essayais surtout de combler mon retard qui était assez important. J’ai jamais réussi... La deuxième année je me suis beaucoup plus organisé. J’ai laissé mon ordinateur chez mes parents (même sans internet c’est une vrai gangrène et ça empêche de travailler). J’ai imprimé les diapos de mes cours et je complétais mes cours de l’année d’avant dans certaines matières. Pour les autres, dans lesquels mon cours n’était pas assez bien pris ou qu’il y avait du nouveau je reprenais tout. J’allais travailler sois dans les salles libres de la fac, soit à la bibliothèque (chez soit on a trop de truc qui nous déconcentrent, et la moindre mouche devient plus intéressante que son travail). J’étais inscrit dans une prépa privée, on avait colle le lundi et correction dans la semaine, donc j’organisais plus ou moins mon travail en fonction de ça. Une semaine type : Le lundi je révise pour ma colle. Du mardi au vendredi je révise/apprend les cours de la semaine et ceux que je n’ai pas assez bossé. Le week-end je révise seulement les deux matières qui vont tomber à la colle du lundi. Comme ça chaque semaine je révisais a fond au moins deux matières. Le plus important était mon organisation pour ne pas avoir a décider ce que je devais faire. A chaque fois que je révisais un cours je notais tout simplement une petite barre sur la première page. Quand il fallait travailler un cours je regardais les cours et celui qui avait le moins de barres était celui que je révisais. Cette organisation m’a permis de savoir exactement ou j’en était et surtout de ne pas négliger sans m’en rendre compte des cours. De plus lorsque j’arrivait à environ 5-6 barres je connaissais plutôt très bien le cours donc ça donne un objectif (et sur les 4 mois du semestre, avoir un objectif plus clair et précis que le concours c’est une bonne chose).

Combien de temps travailliez-vous par jour ? Dans la semaine j’allais en cours le matin de 8h à 11h. A 11h je rentrais chez moi manger, puis direction BU vers 12h30 ou un autre endroit studieux pour travailler. Une pause toute les deux heures obligatoirement, de toute façon au delà de deux heures de boulot vous n’apprenez plus, vous lisez. Je restais jusqu’à la fermeture (20h45 si mes souvenirs sont bons. Oui c’est déjà loin...) quand je pouvais, et si je n’avais plus la force eh bien je rentrais et je me couchais tôt pour récupérer. Donc au final je dirais 6-7h de vrai travail à fond et concentré. C’est déjà pas mal je trouve. Les gens font souvent la course à celui qui travaillera le plus d’heures dans la journée, ça n’a pas de sens et j’en suis la preuve (même si il faut quand même les faire ces heures là).

Aviez-vous commencé à travailler avant la rentrée pour prendre de l’avance ? J’ai fait la pré-rentrée de ma prépa la première année. Très pratique pour se mettre dans le bain des cours et dans le rythme (plus ou moins) de la P1. La deuxième année j’ai commencé a travailler une semaine avant la rentrée, pas de quoi prendre une avance colossale.

Arriviez-vous à vous situer par rapport aux autres pendant l’année ? Oui, dans les grandes lignes. Grâce au concours blancs et aux colles je me situait assez bien. Je me doutais la première fois que ça allait être dure de passer, et que j’avais de bonnes chances la deuxième (de la à penser que je finirais 22 ème en carré...)

Aviez-vous une idole, un modèle pour réussir cette année ? Des tonnes ! Des amis qui sont passés du premier coup, des étudiant dont on me parlait, mes profs surtout en Anatomie (nos deux profs sont neurochirurgiens, anatomistes et l’un d’eux est écrivain... de quoi rester scotché).

Connaissiez-vous Remede avant d’entrer en PCEM1 ? Biensur ! J’y passais des heures à lire les témoignages des gens qui étaient passé en P1 (quand je pense que c’est mon tour ça me file des frissons). Je me suis aussi renseigné sur pleins de choses pratiques avant d’y aller.

Avez-vous quand même l’impression d’avoir eu de la chance aux examens ? Oui. Je ne vais pas le cacher, arriver 22 ème c’était vraiment pas quelque chose d’imaginable pour moi avant les résultats. Mais je pense quand même avoir bossé suffisamment pour mériter ma place en P2.

Avez-vous pris des cours annexes pendant votre 1ère année ? Oui, enfin ce n’était pas des cours mais plus des colles chaque semaines pour nous entrainer. J’en suis très satisfait, même si je pense que le tutorat est aussi très qualifié et bien suffisant pour réussir son année. Pour preuve une amie a fait seulement le tutorat et est passée du premier coup 50 ème et moi non.

Pourquoi ? Eh bien pour cumuler les colles de ma prépa et les colles du tutorat de ma faculté (ou on pouvait récupérer les colles sur papier et les faire chez soit), j’ai rarement eu le temps dans ma semaine de toutes les faire. Mais encore une fois je pense que ce n’est vraiment pas un critère de réussite de prendre une prépa en première année, les tuteurs de deuxième année sont très compétents !

Avez-vous travaillé seul ? Oui, souvent. Enfin en groupe mais chacun dans son coin. On se retrouvait pour les pauses, mais quand on retournais travailler c’étais chacun a un bout de la pièce et "à dans deux heures". Pendant la première année je travaillais tout seul chez moi, mais on ne résiste pas avec cette tactique.

De quel milieu êtes-vous issu ? Moyen je dirais. Ma mère est institutrice et mon père commercial. j’ai eu la chance qu’ils puissent me payer un appartement très bien pendant deux ans et la prépa, donc je n’ai pas a me plaindre de ce coté. Aucun médecin dans la famille, ma vocation ne vient que de moi.

Vos conseils aux futurs 1ères années ? Pour réussir il faut travailler et pour travailler il faut être dans une ambiance de travail. Pendant mon année de bizuth je travaillais dans mon appart et franchement c’était pas une bonne idée. Quand je me suis rendu compte que j’étais pas efficace chez moi j’ai commencé a vraiment pouvoir bosser convenablement. Donc en carré je travaillais à la BU, bibliothèque municipale, salles de fac... Souvent on a l’impression qu’on peut bosser chez soit, mais c’est faux. Y’a toujours un truc de mieux a faire que de bosser quand on est dans son environnement. vous allez vous lever et prendre un café, jouer avec un crayon, regarder le plafond, écouter de la musique... La moindre mouche devient un sujet d’attention 1000 fois plus intéressant que votre boulot. A la BU y’avait quasiment que des P1, tout le monde bosse, quand tu lèves la tête y’a rien a par des gens qui bossent et quand tu la baisse y’a que tes cours. La c’est du travail efficace. Autre point important, personnellement j’suis un drogué d’internet et de l’informatique (et je pense que beaucoup sont dans ce cas). La première année j’emmenais mon ordinateur chez moi. C’est en partie à cause de ça que je n’ai pas réussi. La deuxième année je laissais mon ordinateur chez mes parents et je n’emmenais qu’un iPod pour écouter de la musique, le week-end quand je rentrais ils avaient pour consigne de me le laisser le vendredi soir et après, fini. Ce qu’il faut surtout c’est identifier ses points faibles et supprimer ce qui nous empêche de travailler. Pour moi c’était mon appart et tout ce qui se rapproche de l’informatique, alors j’ai tout coupé et ça a marché. N’hésitez pas a vous faire aider. Il faut de la volonté pour se couper de tout comme ça et tout seul c’est trop dure. J’ai dit a mes parents : " quoi que je dise je n’ai pas besoin de mon ordi pour travailler" et lorsque je venais pour leur réclamer eh bien ils disaient non, moi ça m’énervait sur le moment parceque j’en avait marre, mais c’est comme ça que ça a marché. Si un jour vous sentez que vous n’avez pas le courage de bosser, prenez un engagement ! Moi j’appelais quelqu’un, je proposais de se retrouver 5 minutes avant d’aller bosser et comme ça j’étais obligé d’y aller. Surtout, ne pas rester seul et ne pas tout faire seul, appuyez vous sur les autres.

L’ambiance dans votre amphi ? Géniale ! On avait du bruit, mais jamais de quoi empêcher de travailler. Parfois des "bouboules" et souvent des avions. Certains n’aiment pas, moi ça me fait rire tant que ça reste constructif et drôle. Parfois on avait des sifflements sans aucun intérêt et là je dois dire que c’était fatiguant. J’ai participé beaucoup à l’ambiance en début d’année de carré, moins après.

Vacances ? Une semaine après les partiels de Janvier histoire de récupérer, mais je suis resté chez mes parents.
Sorties ? Quelques cinéma, des Mc’do de temps en temps, une ou deux soirées dans des bar, mais rien qui me faisait coucher après Minuit-1h.

Quelle était votre attitude en cours ? Studieuse. Je participais pas mal à l’ambiance en début d’année vue que les cours ne sont pas très compliqués et qu’on les a déjà depuis longtemps, mais je restais attentif malgré tout. Se lâcher et gueuler ça fait du bien aussi et ça permet de tenir.

Vous serviez-vous d’ouvrages particuliers ? Non. Mes profs de Sciences Humaines éditent un bouquin, mais il n’est que peu utile a mon avis pour réussir les épreuves. Peut-être plus pour ceux qui arrivent pour la première fois car les cours paraissent parfois un peu désordonnés.
Vos matières préférées ? Physiolgie et Embryologie, sans aucun doute. C’est ce qui se rapproche le plus de la médecine selon moi. J’aimait aussi les Biostats, Biochimie, Anatomie.
Celles que vous détestiez ? Biophysique et Génétique. La physique parceque souvent ça n’a pas d’intérêt particulier a par sélectionner (et encore le prof est très bien, et le deuxième semestre est beaucoup mieux). La génétique parceque c’est tout simplement incompréhensible et que réussir le concours de génèt ça relève du miracle.

Avez-vous travaillé avec les annales ? Pas du toute la première année, et ça fait parti des choses que je regrette. Plus la seconde, où je me suis forcé a en faire car j’ai toujours l’impression de perde du temps a faire des annales par rapport à la révision pure et dure.

Etiez-vous motivé ? A bloque ! Sans motivation c’est même pas la peine de venir essayer. Biensur y’a des moments ou c’est plus dure mais en général oui motivé a fond.

Au point de vue sommeil ? Mon objectif c’était de dormir 8h par nuit. Je l’ai rarement atteint parceque je suis d’un naturel couche tard. C’est aussi quelque chose de primordial le sommeil. Mieux vaut se coucher à 22h et faire une bonne nuit plutôt que bosser jusqu’à 2h et se prendre les murs le lendemain. C’est vraiment, vraiment capital de bien dormir.

Gros stressé ou plutôt relax ? Relax. Ca a été une force aussi. Je ne perd pas mes moyens devant ma copie et j’arrive plutôt tranquillement le jour J. Même si je suis stressé quand même, je gère ça bien.

Pratiquiez-vous une activité sportive en PCEM1 ? Quels étaient vos loisirs ? Non malheureusement. Je faisais 10h de sports par semaine avant de venir en P1 et j’ai tout arrêté depuis 2 ans. J’ai pris au moins 15 kilos en deux ans. Il aurait surement fallu que je fasse du sport, mais quand vous bossez toute la journée c’est difficile de s’y mettre. Et puis mon sport c’était le hockey sur glace alors c’est plus compliqué a organiser que la course à pied. Franchement je ne le regrette pas. Le poids ça se perd et le sport ne m’a jamais permis de me vider la tête, c’était surtout pour voir des potes et passer de bons moments. Côté loisir j’ai commencé la guitare pendant ma P1. Je jouais histoire de penser à autre chose justement. J’en ai fait quelques mois et puis la guitare est restée dans son coin. Jouer un instrument de musique c’est pas mal pour s’évader un petit peu. Le must c’est d’en jouer avant.

Votre sentiment sur la 1ère année ? C’est une année pourrie, ou on souffre pas mal. En en sortant on est vraiment soulagé. J’en ai parlé a plein de médecins et de gens qui étaient passé par là et tous gardent un souvenir très précis de leur P1. Dans cette année il y a aussi du bon. Notamment lorsque l’on voit certaines personnes s’entre aider alors qu’elles ne se connaissent pas et qu’elles sont en compétition. J’ai rencontré aussi pleins de gens sympa. Malheureusement tous ne peuvent pas me suivre.

Passer bizuth selon vous c’est... ? 100 fois possible, mais il faut trouver et adopter très rapidement les bons comportements, et ne pas attendre (comme moi) la deuxième année.

Vos conseils aux futurs P1 ? La première chose c’est de rester motivé toute l’année. Quand vous pensez à la P2 et à votre futur métier il faut que ça vous motive pour travailler ! Que ça vous donne le vertige de vous dire que c’est un rêve qui est tout proche. Faut en rêver quoi. C’est la meilleure motivation qui puisse être.

Se faire aider par son entourage c’est aussi capital pour réussir. Sans eux c’est très (trop) dur de résister pendant les neufs mois que dure la P1.
Ne pas en faire trop. La P1 c’est un marathon, il faut courir jusqu’au bout et même garder assez de ressource pour sprinter à la fin. Ne grillez pas toutes vos ressources dès la rentrée en bossant 18 heures par jours, vous ne tiendrez pas toute l’année.

Il faut s’organiser dans son travail et ne pas laisser ses affinités avec telle ou telle matière prendre le dessus sur une autre. Chaque matière est importante et il ne faut en négliger aucune.

S’accorder des moments de temps libre. Quand ça va pas, prenez un moment (1h, 2h, 12h... ce qu’il vous faut) pour vous reposer, la tête vide. Sans se faire des noeuds dans la tête en se disant que d’autres sont en train de bosser et pas vous. Il vaut mieux passer 10 heures a se vider la tête que rester 10 heures devant ses cours à ne rien faire et donc a se pourrir encore plus le moral.

Ne JAMAIS se décourager ! Tout est toujours jouable et cela même à deux semaines du concours.

Ne pas écouter les pseudo exploits des autres. Ceux qui prétendent travailler efficacement 15 heures par jours mentent. Et si vous êtes à 6-7h je peux vous assurer que vous êtes dans une catégorie très élevée.

Donnez vous des objectifs à court terme réalisables. Se dire "je vais bosser comme un malade à partir de maintenant et jusqu’à la fin de l’année" c’est voué à l’échec. Se dire plutôt "on est vendredi, lundi j’ai colle de Biochimie. Je bosse la bioch à en gerber et je met une mine a tout le monde !" Vous le faites et vous y arrivez ! Si vous n’y arrivez pas eh bien refixez vous un objectif et faites en sorte d’y arriver. Se motiver à courte échéance c’est plus efficace et réussir des défis ça renforce la confiance en soit, et c’est primordial.

Pensez que votre outils de travail c’est votre cerveau et qu’il a besoin de manger et de dormir. Faire le régime eau et pain pendant la P1 c’est pas la meilleure des idées. Prenez les vos kilos ! Vous aurez tout le temps de les perdre ensuite. C’est déjà assez dure de résister à la P1 sans en plus devoir résister à son estomac. Dormez dormez dormez. On apprend plus en une bonne grosse nuit de sommeil qu’en une nuit de boulot made in caféine.

Trouvez vous des idoles. des gens qui ont réussi, des exemple a suivre et inspirez vous de ce qu’ils vous disent et de ce qu’ils vous racontent de leur expérience. Chacun son approche de la P1. Celle que je raconte ici c’est la mienne. Il y en a d’autres. Lisez les autres témoignages et trouvez celle qui vous convient le mieux. N’hésitez pas a demander conseil. Ceux qui sont passés par la seront tous ravis de vous en donner, je vous l’assure.

Voilà en somme ce que je retient de ma P1 et ce que je conseillerais à ceux qui se lancent ou se re-lancent dans l’aventure. Il y a plein d’autres choses à dire et de conseil à donner donc si vous avez des questions des inquiétudes (notamment sur la réforme, car je me suis très informé sur sa mise en place à Tours et plus généralement dans les autres fac), n’hésitez pas ! guilio_19@orange.fr

bon courage !

livreslivrescontactspublicationstwitter